IMG-20180924-WA0002

        ? L’école marocaine ,où allons nous  

:solayman hasnouni

      Il est évident que l éducation et l enseignement  est  la locomotive qui tire le développement de chaque société contemporaine puisque son rôle est  cardinale dans la  construction des générations futures.  l évidence  de cette idée nous pousse à interroger sur la réalité de notre école en essayant de faire     une analyse  horizontal de système .

?alors quel est le niveau de l enseignement marocain
Au Maroc  la question  de la qualité des apprentissages   dans le système  éducatif   n’est pas  né aujourd’hui  mais  il  a pris sa place  dans les intérêts de  l opinion publique  depuis  l’aube  de  l’indépendance   en s’appuyant sur  la langue  de l enseignement   à l époque  de projet  de l arabisation , ce projet  qui a été mis en place par l ancien premier  ministre AZEDINE LIAARAKI qui avait  l’ idée  de  rendre  le curriculum éducatif  plus attaché  à la langue  arabe  après des dizaines nous allons entendre  un nouveau  réforme  appelé  la charte nationale  de l éducation  et la formation  exactement en 1999  qui a échoué  en rendre hommage à notre  école,  la suite  sera  un plan d urgence qui  a visé  le renforcement  de cette  charte  avec un grand budget en fin on est maintenant  dans une autre étape  nommé  la vision  stratégique de .l éducation et la formation
cette  diachronie  historique  citée  dans cet article  n’est pas  le souci  de  notre  sujet  mais elle  nous a permis  de construire  une problématique sur l efficacité  et l utilité  de ses  réformes en plus sur la volonté  de  l élite  qui produit la politique éducative  marocaine  à réformer  vraiment  le système  éducatif  ?est ce qu’il ne s agit pas  d’une  manière  de la reproduction  du même  désordre des classes sociales d un point de vue sociologique ?   des questions  légitimes qui se posent  devant  les chercheurs  ,toutes  ces interrogations seront l’objet de notre article .
Tous les acteurs au domaine ont une conscience assez forte que l état  de notre système scolaire  n est pas  à la rigueur soit  la ministère soit la société civile et les cadres éducatifs , les tuteurs des élèves ,cette  inquiétude sur  l avenir  des nouvelles générations trouve  sa légitimité dans le rapports internationaux  effectués par l association international du mesure de la qualité  d’ enseignement cette dernière  a classé  le  Maroc  dans  le ordre 111  au programme  d’ évaluation  PIRLS   et aussi  TIMS  à savoir ces  deux programmes consiste  à  évaluer les capacités  de élèves  dans la lecture  et les mathématiques la chose qui nous pousse  à s’  interroger sur  l effet  de ces réformes cités  dans notre introduction     en temps que l état  investi des chiffres d affaires importants  l école  nationale  n avance plus  c’est choquant pour une société qui veut entamer  le club des pays emmergentes   .
la réponse  à ces questions sera simple  ,en effet  il s agit de rendre hommage à l acteur principal  de  processus enseignement  apprentissage  ( le prof et l élève ) ,simplifier  le curriculum  (exemple de la Finlande ) ,donner  la liberty  au directeurs des écoles  et construire  la politique  éducative  marocaine  à partir  des propositions  des gens de terrain . à part  de cela   le précurseur de l arabisation  au Maroc n a jamais envoyé  les enfants  de sa famille  à l école publique  ,les fondateur  de la charte  nationale  n ont  jamais  envoyé leurs  enfants  qu’ a la mission  française  et alors comment  pouvons nous croire  que des gens qui veulent  réformer  l’ école ont la crédibilité  .

il n’y a pas aucune école  sans démocratie.

Solayman Hasnouni professeur de l enseignement primaire

 

تعليق واحد

  1. Bien dit monsieur Solayman. Je vous savais un homme créatif et un enseignant qui cherche toujours l’échange et le changement. . Mes salutations

اضف رد

لن يتم نشر البريد الإلكتروني . الحقول المطلوبة مشار لها بـ *

*